Montreuil-Bellay

Un petit établissement monastique, probablement à l’origine du nom actuel de la cité, est attesté dès le XIe siècle près d’un gué du Thouet (future ville basse).

L’église paroissiale Saint-Pierre y est construite peu après, proche du prieuré Saint-Nicolas dit « Les Nobis » fondé entre 1097 et 1103. Vers 1026, Foulques Nerra établit un donjon, sur les hauteurs, et un fief confiés à son vassal Berlai (qui par déformation deviendra Bellay), prémices de la future ville haute. Fils de Foulque le Réchin, Foulques V le Jeune devient comte du Maine et d’Anjou en 1109. Il soumet les vassaux rebelles, prenant plusieurs châteaux dont celui de Montreuil-Bellay en 1124.

Quelques années plus tard éclatèrent des révoltes de barons en Anjou.

Il faudra plusieurs années de siège à Geoffroy V d’Anjou, à partir de 1148, pour que tombe la place de Montreuil-Bellay. La famille Berlai entre plusieurs fois en conflit avec son suzerain et conserve le domaine jusqu’en 1217. Une nouvelle famille s’y installe pendant deux siècles, les Melun-Tancarville, puis les d’Harcourt qui laissent de fortes traces à la ville en achevant, notamment, le château ainsi que l’enceinte fortifiée détruite plusieurs fois auparavant. Montreuil-Bellay dans la sénéchaussée de Saumur sous l’Ancien régime. Montreuil-Bellay fait partie des 32 villes closes de l’Anjou.

La ville intra-muros, encore très homogène aujourd’hui, n’évolue que très peu après le XVe siècleSous l’Ancien Régime, Montreuil-Bellay devient le chef-lieu d’une importante élection réunissant 57 paroisses (dont celle de Cholet jusqu’en 1750, date à laquelle Cholet eut son propre subdélégué et des pouvoirs étendus sur l’ensemble des Mauges). Tout comme le reste de l’Anjou, Montreuil-Bellay fait partie de la généralité de Tours, de l’autorité judiciaire de la sénéchaussée de Saumur et du diocèse de Poitiers sur le plan religieux.Le commerce jusque-là florissant périclite dès le milieu du XVIIIe siècle, et ce malgré la canalisation du Thouet depuis le XVe siècle. La maison priorale de la congrégation de Saint-Maur eut pour procureur le philosophe Dom Deschamps, de 1759 à sa mort en 1774.

Le déplacement du centre administratif à Saumur, durant la Révolution française, achève de réduire l’importance commerciale, économique et administrative de la ville, simple chef-lieu de canton depuis 1790.La ville est prise, provisoirement, par les Vendéens le 8 juin 1793. L’arbre de la Liberté est arraché. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour voir une extension de la ville hors de ses murs, le long des routes d’Angers et de Saumur ouvertes dès 1841, ou de celle de Poitiers créée en 1885. La ville se situe depuis la fin du XIXe siècle sur la ligne de chemin de fer qui relie Tours à La Roche-sur-Yon via Saumur, Thouards, Bressuire, ancienne ligne Paris — Les Sables-d’Olonne très fréquentée, et est donc de ce fait connectée au réseau ferré pour des trajets réguliers vers Paris. Par ailleurs une ligne de tramway existait jusqu’à la Seconde Guerre mondiale entre Montreuil-Bellay et Bressuire via Argenton-Château.

Source : Wikipédia

0 Partages