Le Bec-Halluin

Fondée vers 1035 par Herluin, chevalier du comte Gilbert de Brionne, l’abbaye Notre-Dame du Bec devint très tôt un des centres de la spiritualité chrétienne grâce à l’arrivée du clerc italien Lanfranc, qui y fonda les écoles où allaient être formés les grands esprits des XIe et XIIe siècles, avant qu’il soit nommé abbé de Saint-Étienne de Caen puis archevêque de Cantorbéry et primat d’Angleterre. Mais c’est avec l’arrivée d’un autre Italien, saint Anselme, en 1059, que la pensée religieuse et philosophique atteint son point culminant et marqua tout l’Occident. Le rayonnement de l’abbaye fut important jusqu’au XIVe siècle. La guerre de Cent Ans, puis le régime de la commende la ruinèrent. Elle fut réformée au XVIIe siècle par les mauristes qui reconstruisirent les bâtiments monastiques, rétablirent les études et la discipline. Donnée en 1792 à l’administration militaire, elle fut transformée en caserne, puis en dépôt de remonte de cavalerie. Ce n’est qu’en 1948 que les moines olivétains des communautés de Mesnil-Saint-Loup et Cormeilles s’y installèrent et redonnèrent à l’abbaye son rayonnement spirituel et international. L’abbaye se développe alors, notamment en vue de l’oecuménisme, prôné par le Concile Vatican II, que l’abbaye vit dans ses liens privilégés avec la communion anglicane. En 1976, Dom Grammont envoie des moines refonder une abbaye en Terre Sainte à Abu Gosh. Mais, en 1990, l’abbaye connaît un véritable séisme, avec le départ synchronisé du père abbé, Dom Philippe Aubin, et de Mère Faimpe-Marie-Ephrem, supérieure du couvent voisin, pour des “raisons affectives”. Depuis les années 2000, l’abbaye vit un certain renouveau, en encourageant le volontariat des jeunes au service de la rénovation des vieux bâtiments, qui participent à la restauration du logis abbatial inauguré en octobre 2017 (Source Wikipédia).

0 Partages