Huelgoat, Bretagne

Huelgoat

 

« On ne parle pas de Huelgoat sans parler de ses rochers. Ah ! il y en a ! de toutes les tailles, de toutes les formes. Dans la forêt, dans les champs, dans les prés, dans les rivières; sur les hauteurs, dans la vallée; isolés, par tas ! À tous les pas, on les rencontre. (…) La légende dit que ce semis titanesque est l’œuvre de Gargantua. »

Les couches sédimentaires recouvrant le granite à l’ère secondaire et à l’ère tertiaire ont été érodées, permettant au granite de se rapprocher de la surface puis d’affleurer tout en subissant des pressions moindres, donc en se dilatant, d’où la formation de diaclases permettant à l’eau de s’infiltrer dans ces fissures de la roche. Au Miocène et au Pliocène (ère tertiaire), facilitée par le climat tropical humide qui régnait alors dans la région, l’eau a altéré le granite le long des diaclases provoquant une arénisation (= formation d’arène granitique) alors que le reste du granite restait non attaqué (désagrégation du granite en boule). Au Quaternaire, lors des époques glaciaires froides et humides, des coulées de boue (coulées de solifluxion) ont emporté la majeure partie de l’arène granitique ; seuls les blocs de granite sain sont restés en place, entraînant la formation des chaos granitiques qui font tout le pittoresque de la région.

Source : Wikipédia

0 Partages