Dole de Bretagne

La région de Dol-de-Bretagne a été habitée depuis bien longtemps comme en témoigne le menhir de Champ-Dolent (mesurant 9,30 m, c’est un des plus hauts de Bretagne) qui date du Néolithique et se trouve à la sortie de ville en direction de Combourg.  

Probablement fondée à l’époque celtique, Dol-de-Bretagne devient au vie siècle l’un des premiers évêchés de Bretagne. Saint Samson de Dol, premier évêque de Dol, est l’un des sept saints fondateurs de Bretagne (mort à Dol vers 565). Il a fondé l’abbaye de Dol et il est le patron du diocèse dont celle-ci devint le chef-lieu à l’époque carolingienne. La ville de Dol-de-Bretagne est une étape du pèlerinage médiéval des sept saints de Bretagne continentale appelé Tro Breiz (Tour de Bretagne). Le souverain des Bretons,Nominoë, y est sacré en 848.

La ville est pillée par les Vikings au ixe siècle. En 936, son comte est obligé de rendre hommage à Guillaume Ier de Normandie. Cependant, les normands sont délogés la même année lorsque Alain Barbetorte, un chef breton, fils de Mathuedoï de Poher comte de Poher, exilé en Angleterre, débarque à Dol, bat et chasse les normands avant d’être élu duc des Bretons en 937. La menace viking continue néanmoins à peser sur la ville tandis que des Vikings de l’actuelle Normandie, les Normands, menacent également la ville et la prennent en 944. En 996, c’est un roi viking qui s’en empare, Olaf Lagman, un Norvégien qui règne sur les Hébrides et sur une partie de l’Irlande : Dol est une nouvelle fois pillée, saccagée et incendiée. En 1014 Olaf Haraldsson, futur roi de Norvège, débarque à la demande de Richard l’Irascibleduc de Normandie, pour combattre d’autres bandes vikings païennes retranchées dans Dol. Il a été baptisé à Rouen, peu avant ou peu après, par le propre frère du duc de Normandie, Robert le Danois.

La saga de ce roi viking raconte ses exploits dans l’épisode de Dol :

« La troisième année, le roi Ethelred mourut et ses fils Edmund et Edward prirent le pouvoir. Alors le roi Olaf tira au sud par la mer, combattit dans le Hringsfjörðr (nom norrois de la baie du mont Saint-Michel) et prit à Hollar (Dol) un fjord que les Vikings occupaient. Il brûla le fjord. Ainsi dit Sigvat le scalde. Dans le beau Hringsfjörðr le nombre de dix fut atteint par les batailles, l’armée s’y rendit à la voile comme le héros l’ordonna. La haute citadelle de Hol, où se tenaient les Vikings, il la força ; ils ne souhaitèrent pas recommencer un pareil combat à l’arme de jet »

En 1064, les Normands du duc Guillaume le Bâtard assiègent la ville. Cet assaut figure sur la Tapisserie de Bayeux. En 1076, le même duc Guillaume de Normandie, désormais nommé « le Conquérant » après sa conquête de l’Angleterre, lance une nouvelle campagne militaire en Bretagne et investit Dol, dont le siège est levé par l’ost royal conduit par Philippe Ier.

En 1167 Yseult de Dol, héritière du vaste domaine des seigneurs de Dol et Combourg, épouse le Normand Hasculf de Subligny, arrière-arrière-petit-fils de Hugues d’Avranches (célèbre vicomte d’Avranches devenu comte de Chester après la conquête de 1066). Hasculf fait ainsi tomber la ville de Dol entre les mains de l’une des plus anciennes familles de l’Avranchin. Ces seigneurs normands seront très actifs notamment dans la mise en valeur du marais de Dol et, surtout, ils seront les premiers artisans d’une poldérisation précoce de la baie du mont Saint-Michel à l’ouest du Couesnon, dès la fin du xiie siècle.

0 Partages