Bambouseraie d’Anduze

La bambouseraie en Cévennes (connue aussi sous le nom bambouseraie d’Anduze ou bambouseraie de Prafrance) est un jardin exotique situé à Générargues dans le Gard.

Unique en Europe par ses dimensions, la bambouseraie en Cévennes se situe dans un domaine d’une superficie de 34 hectares (le parc, seule partie ouverte au public, couvre à lui seul 15 hectares) à 11 km au sud-ouest d’Alès et à 2 km au nord d’Anduze. Elle contient des bambous plantés à partir de 1856 par Eugène Mazel(es).

La Bambouseraie de Prafrance fut créée en 1856 par Eugène Mazel (es), un cévenol passionné de botanique. Jeune orphelin, il est confié à son oncle maternel, un riche armateur marseillais. À la mort de celui-ci, il hérite d’une fortune qu’il met au service de sa passion pour l’horticulture et les sciences naturelles. En 1855, il débute l’aménagement du domaine de Prafrance à Générargues et construit les canaux d’irrigation essentiels à la croissance des végétaux. En 1856, il réalise ses premières plantations de bambous Phyllostachys MitisPhyllostachys viridiglaucescens et Phyllostachys edulis, et essaie d’acclimater des espèces exotiques en provenance du Japon, d’Amérique du Nord et de la région himalayenne.

En 1890, Mazel subit des revers de fortune entraînant sa faillite. Ses biens sont hypothéqués et, séparé de son œuvre, il meurt à Marseille. En 1902, Gaston Nègre achète la Bambouseraie et poursuit l’œuvre de Mazel. En 1945, son fils Maurice Nègre, ingénieur agronome, prend la relève de son père et avant-gardiste, ouvre le parc au public moyennant un droit d’entrée. Le parc fut très gravement endommagé par les inondations du Gardon, en 1958. À la mort de Maurice Nègre, en 1960, c’est son épouse Janine, qui continua l’œuvre de son mari. En 1977, sa fille Muriel et son mari (ingénieur agronome) prirent en main la gestion du domaine et le développement du parc. Depuis 2004, c’est Muriel Nègre qui préside à la destinée de la bambouseraie qui devient Jardin remarquable en 2005 et fut inscrite sur la liste supplémentaire des monuments historiques en 2008.

 

Yann-Tiersen-Mothers-Journey

0 Partages