Villaines les Rochers

Villaines-les-Rochers est un village situé en Touraine dans le Chinonais à 6 kilomètres du château d’Azay-le-Rideau. Son paysage se compose de vallons, descendants des landes du Ruchard (au sud) vers le rive gauche de l’Indre (au nord). Son architecture est typique des maisons de Touraine, ses jardins fleuris sont décorés de haies en osier et certaines de ces habitations sont semi-troglodytiques.

L’activité vannière existe à Villaines-les-rochers depuis le VIIe siècle. Jusqu’au début du XIXe siècle, l’économie du village reposait sur l’agriculture et la vannerie. Mais la spécialité du village s’est affirmée en osiériculture grâce à la création d’une « Coopérative de vannerie » qui permettait aux paysans/vanniers de mieux négocier le prix de leurs produits. Ce village est ainsi depuis plus de 150 ans un haut lieu de l’osier et de la vannerie française, qui représente à lui seul plus d’un tiers de la production hexagonale.

Jusqu’en 1970, le métier de vannier se perpétuait de père en fils. À partir de 1975, la Coopérative connaît une évolution importante, et ouvre ses portes à des jeunes formés au métier de vannier et issus de toutes les régions de France. De 1975 à 1985, plus de 70 vanniers s’intègrent ainsi dans la coopérative et dans le village.

Le village est marqué par une tradition de confection d’objets en osier de réputation internationale.

L’osier est cultivé sur des terrains limoneux, près des rivières et des ruisseaux. Une fois coupé, l’osier est travaillé dans des ateliers parfois troglodytiques. Ces derniers permettent de conserver une humidité favorable au tressage.

Lieux et monuments

  • Le musée de l’Osier et de la Vannerie

Il met en scène le patrimoine identitaire de Villaines-les-Rochers. Le public découvrira le savoir-faire vannier d’hier et d’aujourd’hui, la culture de l’osier, l’histoire du village…

  • La Coopérative de Vannerie

Depuis 1849, les vanniers de Villaines-Les-Rochers se sont regroupés en coopérative, qui pendant longtemps, est restée le plus grand regroupement de vanniers en Europe. La coopérative dispose d’un magasin d’exposition pour l’accueil du public et permet aux visiteurs de voir les vanniers au travail. Chaque année, à la mi-mai, elle organise un week-end de pèlerie (du verbe peler) où les vanniers montrent comment ils débarrassent l’osier de son écorce avant de le travailler.

  • L’église paroissiale Saint-André

Cette église est l’une des rares églises françaises à avoir conservé intégralement les peintures de la totalité de ses parois. Ces peintures réalisées au XIXe siècle pour l’édification des fidèles furent réalisées lors de l’agrandissement de l’église, à la demande de curé de la paroisse, l’abbé Chicoisne, qui fut également l’initiateur de la coopérative de vannerie.

  • Les habitations troglodytiques

Ce village possède un superbe ensemble de maison troglodytique, si la plupart sont aujourd’hui inoccupées on observe un réinvestissement et une rénovation de ces habitations. Elles confèrent au village un certain charme. Cet habitat troglodytique s’est constitué dès l’origine pour loger les habitants alors que d’autres sites sont faits de carrières réutilisées. Jusqu’au XIXe siècle il représentait une partie très importante des logements du village.

Lien vers Eglise de Villaines les Rochers