Joué lès Tours

  • La ville de fut donnée par Charles le Simple au chapitre de Saint-Martin de Tours.
  • Une tradition locale signale qu’en 732 Charles Martel a lancé sa poursuite des Sarrasins de Joué-lès-Tours, d’un lieu dont le toponyme est Les Landes de Charlemagne, au sud de la commune ; cet empereur né en [742], est le fils de Pépin et donc le petit-fils de Charles Martel; cette appellation est plutôt une légende locale. Les cartes de Cassini l’indiquent sous ce nom les Landes du Pressoir, un peu au sud de Joué (-les-Tours). Partie de là, cette chevauchée s’est poursuivie jusqu’à l’ Ancien Poitiers, qui est notre actuelle Châtellerault. Si ce n’est pas encore notre actuelle homonyme, c’est que la ville a été déplacée par la suite sur le site de l’actuelle Poitiers afin d’y bénéficier de bien meilleures conditions de défense. Le lieu officiel de cette bataille – qui n’est dite Bataille de Tours que par les Américains et les Arabes et de Poitiers par tous les autres – a donc eu lieu précisément un peu au sud de Châtellerault, près de Cenon, précisément à Moussais-la-bataille (dépendant de Vouneuil-sur-Vienne 86210). A Vouneuil, un échiquier de dalles blanches et jaunes d’environ 50 cm de côté avec, sur le versant de la bataille, un banc et quatre grandes tables touristiques de céramiques, informe en plusieurs langues les visiteurs de passage pour apprécier la vue générale et repérer l’endroit de précis de la rencontre.
  • Pendant la guerre de Cent Ans, en , lors de la chevauchée du Prince noir le pont est coupé et le village brûlé sur ordre du maréchal Jean de Clermont-Nesle afin de retarder les Anglo-Gascons.
  • En 1964, Tours a absorbé une partie du territoire de la commune de Joué-lès-Tours (actuels quartiers des Deux-Lions et de la Bergeonnerie).
  • Le 30 mai 2011 un gendarme perd le contrôle de sa camionnette et vient faucher une classe de primaire, le bilan est alors lourd 1 mort et 7 blessés
  • En 2013, la ville de Joué-lès-Tours est traversée par le tramway de Tours, le terminus sud étant situé à côté du lycée Jean-Monnet.
  • Le 20 décembre 2014, un homme armé d’un couteau a blessé plusieurs policiers au commissariat avant d’être abattu par la police.