Hôtel Gouin

La Banque Goüin, fondée à Tours en 1714 par Henri François Goüin, connut un grand développement et existera durant plus de deux siècles, disparaissant au cours du XXe siècle, après sa fusion avec le Crédit Industriel de l’Ouest en 1958. À la mort de son père, Henri Pierre Goüin reprit les affaires de la banque ; par la suite, ses deux fils, Henry Jacques Marie et Alexandre Pierre François reprirent la maison sous le nom de banque Goüin frères. Leurs fils ainés respectifs, Henri et Alexandre Goüin, leurs succédèrent, et ainsi de suite. La banque Goüin était une banque locale, mais privilégiée par les liens avec les banquiers parisiens. Sa clientèle se répartissait entre la région de Tours, Paris et l’Angleterre ; elle est principalement composée de l’aristocratie locale, de grands propriétaires terriens et de banquiers et industriels.

La crise financière de 1847-1848 engendra des difficultés de trésorerie et entraîna l’émission de bons. Dès 1845, l’escompte constituait l’une des grandes activités de la banque Goüin, lui permettant ainsi de retrouver rapidement la voie de la prospérité.

Elle participa à l’activité économique de sa région et contribua à son développement. Au point de vue local, elle contrôlait la papeterie de La Haye-Descartes, finançait la Colonie pénitentiaire de Mettray, était actionnaire entre autres des Magasins généraux de Tours, de la Société Viollet et Cie de Tours, de la fabrique de Langeais, de la Société Delaunay, de la Société des usines de Portillon, de la maison Mame et fils, de la Société des procédés l’Hermite.

Elle possédait des intérêts dans la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, Manufacture des Glaces d’Aix-la-Chapelle, de la Calle, du port d’Algérie, de la Compagnie des chemins de fer Bône-Guelma, de la Caisse générale du commerce et de l’industrie, du Crédit mobilier, du Crédit foncier de France, du Crédit foncier autrichien, de la Société générale, de la Banque de Paris et des Pays-Bas (dont elle fut durant de longues décennies l’un des deux plus importants actionnaires).

Elle fut la correspondante de Rothschild Frères à Tours et a entre autres compté dans ses clients parisiens : Eugène Bertin, la CNP, François Delessert et Cie, Benoît Fould, Mallet frères et Cie, Rothschild Frères, F.A. Seillière, Schneider, …

La banque Goüin, caisse de Nantes, augmenta son capital et se transforma en banque Goüin père, fils et Cie en 1846. La faillite de la maison de banque Goüin, père et fils et Cie, en 1867, constitue alors le plus grand sinistre financier qui ait jamais frappé la place de Nantes. Le passif a été évalué à environ 6 000 000.

Alexandre Goüin prit le contrôle de la Caisse générale du commerce et de l’industrie (1844), sous la raison sociale Caisse générale du commerce et de l’industrie A. Goüin et Cie. Plus d’infos… (Source : Wikipédia)

[Total : 1    Moyenne : 4/5]