Cloître de la Psalette

Cloître de la cathédrale Saint-Gatien de Tours, le cloître de la Psalette est géré par le centre des monuments nationaux. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1889. Honoré de Balzac en fait le cadre de son roman Le Curé de Tours.

À partir du Haut Moyen Âge, le cloître est le lieu de travail des chanoines de la cathédrale Saint-Gatien de Tours. Les bâtiments actuels sont construits à partir du XVe siècle grâce au mécénat de l’évêque Jean de Bernard et achevés au XVIe siècle. Le cloître de la Psalette tire son nom du chant des psaumes qui s’élevaient de l’école de musique attenante.

À la fin de la période médiévale, le chapitre – l’assemblée des chanoines – connaît une grande activité culturelle grâce à son scriptorium et sa bibliothèque, une des plus riche de France. Le chapitre est dissout durant la Révolution en 1793, et la bibliothèque dispersée.

L’escalier à vis, dans l’angle Nord-Est, attribué à Bastien François, a l’aspect d’une réplique miniature de celui du château de Blois, commandé par François Ier.