Chinon et la Vienne

Dominant la Vienne, le plateau de Chinon finit en éperon, presque à toucher la rivière. Cet éperon, fortifié dès les Romains, connaît pendant dix siècles une histoire confuse et tragique. En 845, Chinon est pillée par le chef viking Hasting. Trois maîtres dans l’art des fortifications ont surtout laissé leur empreinte sur le château fort actuel, deux rois d’Angleterre, Henri II et Richard Cœur de Lion, un roi de France, Philippe Auguste. C’est en l’an 1205, après un siège de huit mois, que ce dernier a enlevé la place aux Plantagenêts. Le 27 août 1321, 160 juifs accusés d’avoir empoisonné des puits sont brûlés vifs.

La cour du roi de Bourges (début du XVe siècle) : Avec Charles VII débute une page d’histoire. Le Royaume de France est dans une situation très grave. Henri VI, roi d’Angleterre, se dit aussi « roi de France » ; Charles VII n’est que le « roi de Bourges » quand, en l’an 1427, il installe sa petite cour à Chinon. L’année suivante, il y réunit les États Généraux des provinces du Centre et du Sud encore soumises à son autorité. Les États dépensent 400 000 livres pour organiser la défense d’Orléans, assiégée par les Anglais et les Bourguignons. Fin février ou début mars 1429, c’est à Chinon que Jeanne d’Arc rencontre le roi pour la première fois. Elle le persuadera de lui confier l’armée qui va délivrer Orléans, amorçant ainsi le renversement des forces en présence pendant la guerre de Cent Ans.

Le divorce de Louis XII : Chinon reste le siège de la cour jusqu’en l’an 1450, puis on l’abandonne. Toutefois, le château retrouve un éclat furtif en l’an 1498, quand le roi Louis XII y reçoit le légat du pape, César Borgia, venu lui porter la bulle de son divorce. Louis XII se sépare sans regret de Jeanne de France, la fille de Louis XI. Il n’avait que 14 ans quand ce dernier la lui avait fait épouser. Une double bosse, la hanche coxalgique, un aspect simiesque expliquent le peu d’empressement de son époux durant les vingt-trois années de leur union. Quand meurt Charles VIII, Louis XII doit, selon le testament du défunt, épouser sa veuve Anne de Bretagne. Il a pour elle une vive inclination et ce nouveau mariage conserve la Bretagne à la couronne de France ; double raison pour que le roi célèbre par des fêtes magnifiques l’arrivée de la bulle libératrice.

Le château après Richelieu : Limite de l’Anjou et de la Touraine, de part et d’autre de la Loire, sous l’Ancien Régime, au XVIIIe siècleSous l’Ancien Régime, Chinon est à la tête d’un pays d’élection au sein du bailliage de Tours. Le cardinal Richelieu jette son dévolu sur Chinon et, non sans peine, en devient possesseur. Le château reste dans sa famille jusqu’à la Révolution. Il est très mal entretenu : fortifications et bâtiments commencent à s’effriter. Sous Napoléon Ier, la ruine s’accentue. Devenue propriété du département, Chinon a été l’objet de réparations et de consolidation des ruines.

Époque récente : En 1792, Chinon a annexé les communes éphémères de Parilly, Saint-Louand et Saint-Mexme-les-Champs. Lors de la création du département d’Indre-et-Loire, Chinon devint sous-préfecture. Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Chinon-sur-Vienne.

Chinon et la Vienne
Autour de Chinon… La Devinière, le château du Coudray

Domenico Cursio

[Total : 0    Moyenne : 0/5]